Eric GAY au congrès de l’Association Française des Maires

Congrès A.M.F 2017 – Journée Outre-Mer

Discours d’Eric GAY, Président de l’Association Française des Maires de Nouvelle-Calédonie

 

Monsieur le Président,

Mes chers collègues,

Avant tout permettez-moi de vous transmettre l’amitié de tous nos collègues et élus de Nouvelle-Calédonie et de vous dire la joie que nous avons de nous revoir spécialement en cette année d’anniversaire du centenaire de notre association.

 M. le Président vous qui connaissez si bien la Nouvelle-Calédonie prenez ce geste de coutume comme un bonjour,  un signe de respect et un témoignage de l’humilité de pouvoir m’adresser au nom de la délégation calédonienne.

Tous les ans , ici même , j’essaie dans mes interventions de vous donner les informations nécessaires concernant l’évolution de l’Accord de Nouméa et le chemin que nous parcourons pour construire ce vivre ensemble voulu par tous. Pour y parvenir, la route est parfois chaotique, complexe , mais notre histoire nous impose d’avoir le sens des responsabilités afin de ne pas reproduire les erreurs du passé.

Nous rentrons dans une année décisive de notre histoire et de l’avenir de la Nouvelle-Calédonie.

L’ Accord de Nouméa voulu il y a 20 ans pour poursuivre celui de MATIGNON / OUDINOT a fait son œuvre dans la construction sociale, économique, et politique de notre territoire. Le partage des responsabilités entre indépendantistes et non indépendantistes, la volonté de dialogue , de collégialité , de rééquilibrage nous a permis de vivre 30 ans de paix et de développement.

La vie démocratique et notamment électorale a parfois perturbé le bel esprit voulu à l’origine par nos anciens : Jacques LAFLEUR et Jean- Marie TJIBAOU. Les écrits étant faits par des hommes cela engendre bien souvent des imperfections et des dérives.

Cependant, aujourd’hui chacun se retrouve au pied du mur.

Le dernier Comité des Signataires que nous venons de vivre début novembre démontre à nouveau que lorsque la volonté de dialogue existe, des espaces de négociations voire d’entente sont possibles. De plus, quand ces moments s’accompagnent d’une volonté forte de l’Etat et de l’implication du Premier Ministre, comme ce fut le cas cette année , un problème aussi complexe que celui de l’inscription automatique sur les listes électorales pour le référendum de sortie qui doit avoir lieu en novembre 2018 , trouve une issue unanimement acceptée.

Depuis des années les Maires de Nouvelle-Calédonie s’impliquent pour devenir des interlocuteurs crédibles et participer à la réflexion sur l’avenir institutionnel du territoire. Nous avons sollicité d’être partie prenante de toutes les démarches des différents gouvernements. Bien souvent nous avons été mis de côté, même si de temps en temps quelques initiatives nous ont autorisé à participer à des réunions dite « techniques ». Malgré cela nous avons travaillé, conservé le contact nécessaire avec toutes les tendances politiques et autorités institutionnelles pour faire entendre notre voix.

Je dois devant vous remercier le Président du Sénat Gérard LARCHER et le Président de l’AMF François BAROIN pour le soutien permanent apporté afin que la parole des Maires de NC soit entendue.

Cette semaine nous serons reçus par le Groupe de Contact mis en place au Sénat sur l’avenir de la Nouvelle-Calédonie ainsi que par la Mission d’ Information sur la Nouvelle-Calédonie de l’ Assemblée Nationale et présidée conjointement par Manuel VALLS et Christian JACOB. Puis début décembre nous recevrons le Premier Ministre en Nouvelle-Calédonie.

Cette reconnaissance des Maires même un peu tardive, après les oublis des communes dans les deux accords que nous venons de vivre , arrive progressivement et nous en sommes heureux.

Car nous sommes convaincus que cette période pré-referendum peut encore être celle de la poursuite du dialogue et de la recherche de solutions innovantes .

Il faut éviter qu’un référendum binaire n’engendre des troubles avant et après la consultation de la population sur son avenir.

Si aujourd’hui des étapes institutionnelles ( voire constitutionnelles ) ne peuvent pas être évitées cherchons la bonne question à poser aux calédoniens afin d’éviter qu’ils ne se déchirent à nouveau.

M. le Président, vous pouvez compter sur les valeurs que nous, les Maires, portons , sur le sens des responsabilités qui nous anime, sur notre expérience de terrain, sur notre connaissance des populations pour porter auprès des uns et des autres la voix qui doit emmener et conserver la Nouvelle-Calédonie dans la Paix et le Dialogue.

Mes chers collègues, merci d’avoir pris le temps de partager nos préoccupations.

Soyez assurés que le plus important pour nous réside dans le fait d’être des acteurs capables de construire en bonne intelligence notre avenir au sein de la République .

Je vous remercie.