Laura Vendegou – Meeting de l’avenir en confiance

Mes chers amis,

Ça fait chaud au cœur d’être ici, tous ensemble. J’ai envie de vous parler de notre jeunesse.

Je fais un constat, et je sais que vous le partagez, notre Nouvelle-Calédonie va mal.

Être jeune, c’est commencer sa vie. C’est faire des études, trouver un emploi, c’est aussi assumer son identité, et c’est difficile. Mais le faire dans un pays qui va mal, c’est encore plus dur, cela rajoute de la difficulté à de la difficulté.

Être jeune en Nouvelle-Calédonie, en 2019, c’est normalement un formidable espoir, une volonté de construire, la possibilité d’agir et d’innover dans un monde d’opportunité.

Je suis une jeune femme, originaire de l’Île des Pins, j’ai grandi dans la coutume, avec la coutume, dans le respect, et l’humilité de mes anciens.

Je suis une jeune femme kanak comme tant d’autres aujourd’hui. La femme kanak d’aujourd’hui est instruite, diplômée, indépendante. Elle mène une activité professionnelle, exerce un travail. Elle allie souvent son rôle de membre d’une famille, d’un clan, d’une tribu et cumule souvent le rôle de femme avec celui de mère.

Je veux dire aujourd’hui, devant vous, que cette génération de femmes, autonome, combattante et respectueuse n’a pas peur de montrer ses convictions.

Cette génération de femme travaille dur pour nourrir sa famille mais aussi pour apporter de la gaité et de l’amour dans son foyer.

J’ai envie de créer une passerelle entre ces femmes kanak et nos institutions, en leur offrant l’opportunité de s’exprimer librement.

J’ai envie d’offrir, à celles qui ont peur de s’exprimer comme à celle qui ne savent comment le faire, une possibilité d’exprimer leur appartenance à la France.

Nous le savons. Certains jeunes ont peur de l’avenir. Ils ont le sentiment d’être laissés pour compte, de se sentir exclu, et encore plus lorsqu’ils sont issus de cultures différentes. Minoritaire ou pas, nous devons aider cette jeunesse à développer la capacité d’entreprise, à se prendre en main, à démontrer que, eux aussi, ils peuvent participer et insuffler une nouvelle vitalité à l’économie de ce pays.

Enfin, je voudrais vous remercier.

Remercier l’Avenir en Confiance d’offrir cette opportunité de construction de mon pays, dans la France.

Je remercie ma famille.

C’est elle qui m’a inculqué les valeurs qui sont les miennes.

Valeurs de respect et d’amour de la famille. Valeur de respect de la coutume et aussi, valeurs de la République.

Mes chers compatriotes.

Mes chers amis.

Ma chère famille.

Vous qui partagez comme moi, les valeurs de la France, aidez-moi à porter très haut les attentes et les espoirs d’une jeunesse qui ne demande qu’à croire, à construire et à agir.

En ce jour un peu particulier, et en ce lieu, avec vous, je vous remercie pour toute cette énergie, car c’est ensemble que nous pourrons offrir à la Nouvelle-Calédonie, un avenir, en confiance, et dans la France.

Je vous remercie.