Une élection du président du congrès cousue de fil blanc !

Quelques jours à peine après avoir signé la « charte des valeurs », Gaël Yanno est nommé Président du congrès ! Une opportunité inespérée alors même qu’il est totalement désavoué par son parti, siégeant seul dans l’hémicycle.

La valeur de cette « charte des valeurs » est le fruit d’un marchandage sordide entre Calédonie Ensemble et un élu qui ne représente plus que lui-même, contre l’avis de l’immense majorité des Calédoniens. C’est une opération malhonnête, le prix de la trahison pour Gaël Yanno.

Selon des informations officielles, le « Groupe de dialogue sur le chemin de l’avenir » aurait donc signé cette charte.

Ce « demi-groupe » qui subsiste ne représente finalement plus qu’une alliance politique de circonstance entre Calédonie Ensemble, le Palika et sa recrue « Gaël Yanno ».

Pour les Calédoniens qui ne sont pas dupes, cette charte n’a aucune valeur. Ils s’en sont massivement désintéressés lorsqu’elle a été soumise à la consultation publique.

Nous avons exprimé avec force notre opposition à ce document parce que nous le considérons dangereux. Cette charte est destinée à prendre des engagements quel que soit le résultat du vote et à dissimuler le caractère décisif de celui-ci.

Le MPC fait le même constat. Le parti de Gil Brial s’est officiellement retiré de l’ex-G10 et a, en conséquence, désavoué son ex-Président, Gaël Yanno.

Pour Philippe Gomès, ce texte a, semble-t-il, une immense valeur, celle d’un engagement avec son allié, le Palika. L’enjeu était de masquer son alliance pour continuer à duper les Calédoniens en disposant de tous les pouvoirs institutionnels directement ou par le biais de marionnettes instrumentalisées.

Nous dénonçons ces manœuvres qui discréditent la politique dans un moment où, au contraire, la clarté est de mise et où il y a plus que jamais nécessité à se montrer à la hauteur des enjeux.